vendredi 23 juin 2017 -Accès Pro Vespa1950:



1 L'HISTOIRE DE LA VESPA



L'HISTOIRE DE LA VESPA
Cinquante ans après sa naissance, la Vespa reste un mythe indétrônable.
- Si la Vespa est unique, c'est parce qu'elle est un phénomène social.
- La Vespa est venue à point nommé réaliser les désirs des Italiens, elle a fonctionnée comme un déclic mental à partir duquel des millions de gens ont commencé à rêver l'avenir, ont ouvert la porte qui allait les projeter dans le monde moderne.
- Tous ont d'abord rêvé de la Vespa pou elle-même et non parce qu'elle pouvait, dans leur subconscient, représenter autre chose.
- Ils l'aimaient pour ce qu'elle était, adorable, concrète, proche de chacun, y compris bien sûr des femmes.
- On reconnaissait à ce véhicule original et sympathique des qualités très précieuses et typiquement italiennes : son prix d'achat était peu élevé, son entretien économique, elle était très pratique et s'adaptait à toutes les situations.
- Comment d'un croquis naît la Vespa Fruit d'une intuition géniale, l'idée de ce qui allait devenir la Vespa commence à prendre forme au début de 1945, quand la guerre ravage encore le pays.
- C'est l'année où Enrico Piaggio, voyant venir des temps meilleurs, décide que le moment du changement est venu.
- Il doit, comme on dirait aujourd'hui, reconvertir son entreprise, se préparer à abandonner l'aéronautique,qui était son premier métier, et inventer quelque chose de neuf : pourquoi pas un moyen de transport pratique et économique qui servirait à tous pour se remettre en piste après l'immobilisation forcée de la Seconde Guerre mondiale ?
- L'ingénieur Vittorio Casini, chargé du projet en collaboration avec l'ingénieur Renzo Spolti, met au point à Biella, en Piémont, un premier prototype de scooter Piaggio, dénommé MP 5, aussitôt rebaptisé Paperino, du nom que les Italiens ont donné à Donald,le populaire canard de Walt Disney.
- II s'agit d'un scooter sans changement de vitesse, de conception classique, avec un châssis préformé, moteur Sachs en position centrale, logé sous la carrosserie, et un tablier avant qui se prolonge par un large plancher.
- Mais ce prototype ne plaît pas à Enrico Piaggio, qui bien sûr veut un scooter plus révolutionnaire.
- Persuadé qu'il est possible de trouver une meilleure solution il confie à l'ingénieur Corradino D'Ascanio la tâche de redessiner complètement l'engin, en espérant parvenir cette fois à quelque chose de plus crédible et
- approprié.
- C'est ainsi que le vilain petit canard se transforme non pas en cygne comme dans le conte d'Andersen, mais plutôt en guêpe, qui en italien se dit vespa.
- Ce nom lui vient de son moteur un petit 98 cm3 au bourdonnement caractéristique.
- D'Ascanio avait conçu avec le MP 6 un moyen de transport tout à fait original, plus proche de la production automobile que de celle des motocycles.
- II s'était penché tout particulièrement sur les défauts pratiques et les difficultés d'utilisation de la moto, qui avaient jusque-là freiné sa diffusion au-delà du petit cercle des passionnés.
- Pourtant, il n'avait jamais été lui-même un motocycliste et, sur le plan professionnel, il avait eu moins encore l'occasion de s'intéresser à ce type d'engins.
- II n'en connaissait que l'aspect extérieur et il ne pensait pas que, tel qu'il était, il pourrait attirer le grand public.
- II s'attela donc au projet sans idée préconçue, se donnant simplement pour but de dessiner, en suivant son intuition, un moyen de transport qui puisse convenir aussi à ceux qui, comme lui n'avaient jamais été des utilisateurs de deux-roues.
- Le message
- Le scooter n'avait jamais connu un succès particulier, depuis que, au début du siècle, une trottinette à moteur était partie nez au vent à la conquête de l'histoire du motocyclisme.
- Pas même la succession des modèles des
- années trente, de plus en plus sophistiqués, au fonctionnement si problématique ef capricieux, n'avait réussi à convaincre le public des motocyclistes et des automobilistes, qui les considéraient comme des joujoux.
- Enrico Piaggio savait que sa vespa était autre chose.
- Ses collaborateurs le savaient également, eux aussi ne juraient que par la modernité de ce véhicule qui n'avait rien à voir avec tout ce qui s'était fait auparavant.
- Mais comment convaincre les gens et faire fondre leur traditionnelle méfiance face à un produit encore inconnu ?
- L'idée était simple il fallait tout d'abord leur dire que c'était nouveau et donc inventer un langage neuf.
- C'était une intuition géniale, surtout si l'on tient compte du fait qu'à l'époque l'idée même d'une politique de marketing relevait de la science-fiction.
- Le message atteignit son but et la vespa connut bientôt un fort succès commercial.
- Les concessionnaires Lancia a joutèrent leur grain de sel à l'image du nouveau scooter, qu'ils firent bénéficier de la réputation d'élégance et de perfection formelle propre à leurs automobiles haut de gamme.
- Ainsi notre scooter, tout en étant un produit populaire, devint dans l'esprit de tous synonyme de chic, étiquette qui échappa complètement à sa concurrente : la Lambretta.
- Le public a toujours eu cette idée de la Vespa, qui, aujourd'hui encore, reste le plus vendu de tous les scooters. On aura beau dire et beau faire, c'est un classique.
- Acquérir une Lancia, c'était choisir un produit qui vous distinguait.
- Acquérir une Vespa, c'était opter pour l'élégance.
- Pour lancer et promouvoir la Vespa, Piaggio utilisa une autre arme, au ourd'hui bien connue des publicitaires.
- Aussitôt qu'il le put, il associa la Vespa à un personnage célèbre, le plus souvent une star de cinéma à laquelle était confié, comme on le voit aujourd'hui pour des produits de toutes sortes, le rôle de parrain ou de marraine.
- La Vespa a été, dès ses débuts, un produit concret.
- Ses qualités techniques d'avant-garde, son confort d'utilisation.
- La beauté de son design, formaient un mélange explosif.
- L'accueil favorable du public pouvait sembler aller de soi.
- Il n'en fut rien.
- Une grande partie de son succès vint une série de choix publicitaires, d'une fraîcheur et d'une originalité complètement nouvelles qui contribuèrent à créer autour de ce nouveau véhicule une sympathie croissante.
- Mais cela ne fut possible qu'après l'abandon de la stratégie initiale qui se limitait presque exclusivement à informer le public sur les prestations du scooter, sur son prix, variable selon les modèles,sur les opérations de promotion et sur les conditions de paiement.
- Au début des années cinquante, la philosophie ou mieux l'image de la Vespa change complètement.
- La publicité devient plus spectaculaire et conquérante.
- Elle fait appel à une communication plus sophistiquée et à des leviers jusqu'alors peu exploités.
- Le premier exemple, et peut-être le plus marquant, de ce changement de cap est la série de calendriers que Piaggio publie à partir de 1951 et qui remportent aussitôt un grand succès; qui ne cessera de s'étendre au fil des ans et, bien sûr, sera souvent imité.
- Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur ce phénomène de la Vespa et constitue un miroir très précieux des époques et des modes qu'elle a traversées.
- La Vespa devint un mythe et donna naissance à un "esprit vespa"

 



 
Copyright © 2011 VESPA1950
© www.vespa1950.com Cliquez-ici webmaster